La Clusaz - N°82 - Octobre/Novembre 2010

AG Résidents de La Clusaz - Golf, JO 2018, réhabilitation des résidences...

En assemblée générale le 29 juillet, les résidents de La Clusaz ont abordé, comme chaque année, de nombreux sujets. Pour la première fois, le maire, André Vittoz, était présent pour leur répondre.

ar82-5b.jpgRéhabilitation des résidences secondaires
C’est un vaste dossier ouvert par la Fédération des associations de résidents de stations de montagne. L’objectif pour la présidente est de faire un état des lieux dans l’ensemble des stations concernées. Son constat est que «les logements anciens ne correspondent plus aux nouveaux goûts de la clientèle et les communes engagent de nouvelles constructions». Alors qu’une réelle incitation à la réhabilitation peut remettre sur le marché locatif nombre de logements anciens. C’est en s’appuyant sur une loi d’urbanisme de 2007 que Mireille Sertout espère faire bouger les choses. «C’est une loi un peu oubliée mais qui permet de gagner du bonus de COS [coefficient d’occupation des sols NDLR] par des mises aux normes visant à effectuer des économies d’énergie.» La présidente va plus loin, s’engager dans ce sens permettra «de faire des économies de sol. Mais aussi de relancer l’économie des artisans.» D’ailleurs le maire de La Clusaz a proposé cette démarche à l’Association nationale des élus de la montagne (Anem).
C’est dans cette optique que l’association Prioriterre* a été invitée à cette assemblée générale. Basée dans l’agglomération annécienne elle propose des états des lieux gratuits aux particuliers afin d’établir les priorités en termes d’isolation, de choix d’un chauffage plus économe. Prioriterre est en outre un intermédiaire agréé pour proposer des artisans et des cabinets d’études.
Golf 9 trous homologué aux Confins
Georges Humbert, administrateur de l’Association des résidents et depuis peu président de l’association La Clusaz Golf club, a rappelé, lors de cette assemblée, que le golf «est indispensable pour le développement du tourisme en été à La Clusaz. Pour l’office de tourisme il y a désormais trois axes de développement estival : le golf, le VTT et le cheval.» Pour ce dernier, après la première édition du Jump’in, la commune est liée pour encore deux ans par contrat.
Si le projet d’un golf aux Confins a été initié par Serge Giroud, ses successeurs ont pris le dossier différemment en créant tout d’abord une association (dont les statuts sont déposés) afin de réunir un nombre important d’adhérents pour peser par la suite. Ce nouveau projet table sur la réalisation d’un neuf trous homologué. C’est dans ce sens que l’association** s’affilie à la Fédération française de golf, qu’elle veut amplifier l’école de golf et animer la station durant les périodes creuses (printemps et automne).
Si le projet antérieur a échoué c’est que les Confins comptent une trentaine de propriétaires terriens et surtout des agriculteurs en activité loueurs de ces terrains. Le dialogue n’a, semble-t-il, jamais pu être établi pour concilier travail des uns et loisirs des autres. Georges Humbert l’a rappelé : «l’association n’a pas pour but d’emporter le foncier. Nous voulons essayer de montrer que ce projet est important. Puis le réaliser en rencontrant les architectes, avec un objectif de respecter l’environnement.»
Mireille Sertout rappelle aussi que l’activité du golf est «moins chère que le ski. Ce qui manque à la montagne ce sont des points de rencontre pour les jeunes. La création d’un club-house serait l’idéal parce que c’est un lieu très convivial.»
Le maire a souligné que ce golf était une promesse de 2008 tout en réaffirmant qu’il y a une grosse activité agricole aux Confins. «Nous ne pouvons pas leur dire de partir pour faire autre chose.» Cette fin d’été, la commune a envoyé un courrier à l’ensemble des propriétaires fonciers et une délégation d’élus rencontrera ces propriétaires cet automne.
Chemins piétonniers
Comme l’année dernière à la question, la même réponse : «Nous ne pouvons pas tous les faire en même temps.» Le maire a toutefois assuré que le prochain chemin piétonnier réalisé sera celui du centre en direction des Clus. Quant à la route des Aravis, la priorité de la commune, ce sont les travaux électriques qui comprendront l’éclairage public.
Annecy JO 2018
Sur le dossier de la candidature d’Annecy aux Jeux olympiques et paralympiques de 2018, les questions portent en particulier sur «qui va payer ?» et «quid des installations après les festivités ?». Le maire n’y va pas par quatre chemins. «En 2008 nous avons eu une première discussion avec Annecy. Nous avions alors les épreuves de fond et de ski artistique. Ensuite ils nous ont ajouté le saut. Mais les Aravis sont axés sur le ski nordique. J’ai alors laissé le ski artistique. Moi, j’ai un gros problème, c’est la circulation puisqu’elle devra être entièrement coupée dans La Clusaz pour toute la durée des JO. Il y a également les réservations de chambres qui seront entièrement pour les fondeurs qui veulent tous dormir sur place. Aujourd’hui on voit que face au projet d’une grande patinoire et d’un village olympique dans la plaine de Passy, il y a une levée de boucliers. Je vois aussi que ces JO commencent à coûter très cher.» De conclure, «franchement c’est un beau rêve, mais plus on avance plus on va dépenser de l’argent». Pour André Vittoz, si sa station continue à jouer le jeu, «c’est pour faire parler de La Clusaz». En outre, selon Mireille Sertout, des agriculteurs risquent de perdre leur AOC. «On nous a présenté le côté sportif mais pas du tout les infrastructures, et nous ne savons toujours pas qui va payer.»
A la question de la situation des deux sautoirs pour le saut à ski, «on va détruire la forêt ?», le maire répond simplement : «C’est la question que nous nous posons. Soit nous laissons ces deux sautoirs et cela coûtera très cher, soit nous les enlevons et il faudra replanter la forêt.»
Ordures ménagères
La communauté de communes installe des moloks, des containers semi-enterrés. Ces moloks sont posés en fonction de l’habitat, le plus possible sur des terrains communaux et accessibles aux véhicules de ramassage. Quant à la question sur la taxe sur les ordures ménagères, le maire a rappelé qu’elle est calculée sur les bases foncières et que la redevance est en rapport au logement ou au commerce en fonction de son activité.
Nuisances sonores
Avec la nouvelle loi sur les débits de boissons et boîtes de nuit, ces dernières ont la possibilité de ne fermer qu’à 7 heures du matin. La loi sur l’interdiction de fumer dans les établissements publics avait déjà eu pour conséquence, certains soirs, d’entendre jusque tard dans la nuit des clients poursuivre leurs conversations sur les trottoirs tout en en grillant une. Ces lois nationales ont des conséquences localement, en particulier pour ceux ayant leur appartement au-dessus d’une boîte de nuit. Lors de cette assemblée générale, André Vittoz a semblé ferme pour dire qu’il avait prévenu l’ensemble des commerces : «S’il y a des plaintes, je serai intransigeant. Je leur ai demandé de faire attention.»
Objectifs de l’association
«Nos objectifs immédiats sont de développer les animations culturelles, confie Mireille Sertout. En particulier par la musique. Ce pourra être des concerts, des formes variées de musique dans des lieux variés. Nous allons aussi continuer nos activités culturelles comme nos sorties qui sont très importantes pour des personnes seules en particulier. Ce que l’on développera ce seront les échanges en anglais et la réalisation de séjours en Angleterre. Le travail de l’association est aussi une communication constante avec la municipalité sur des problèmes ciblés de chaque quartier et sur des problèmes plus généraux.»
Les travaux de l’association portent également sur la révision du site Internet comme cela a été fait pour celui de la fédération.

* www.prioriterre.org
** Les adhésions sont à 10 € pour les jeunes et 20 € pour les adultes, 100 € pour les entreprises (partenaires). Le site www.laclusaz-golf.fr doit être opérationnel cet automne.

Photo : Mireille Sertout, présidente de l’Association des résidents
Commentaires des internautes
degeneve mireille - le 30/12/2010 à 09:47
non, nous ne voulons pas des J.O. cela va coûter une fortune et ce sont toujours les mêmes " pigeons " qui vont payer, c'est à dire nous les modestes citoyens!!!! Tout cela n'est qu'orgueil, prestige et vanité pour classer ANNECY parmi les " best off " du sport !!
+ ajouter un commentaire

optionel, pour être averti de la publication

 
 

Boutique
7.90 € L'île d'Aix vue d'en haut

Commander
16.15 € Les Aravis vus d'en haut

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous