Loisirs - N°112 - Octobre/Novembre 2015

Ski-mojo pour retrouver les plaisirs du ski

Des médecins, kinésithéra-peutes, amateurs ou professionnels du ski l’ont déjà essayé et pour beaucoup adopté : le Ski-mojo, sorte d’exo-squelette qui se place sous la combinaison de ski permet de gagner 30 % de performance. Il est surtout un apport incontestable pour continuer ou reprendre la pratique du ski malgré des problèmes aux genoux comme de l’arthrose ou un handicap.

Originaire de l’Est de la Belgique Jean-Marc Glaude est venu à la montagne par passion puis s’est installé à La Clusaz par amour. «J’ai découvert le ski à 30 ans et c’est devenu une passion.» Celui qui a fait toute sa carrière comme commercial a, au bout de 18 ans, trouvé qu’il avait fait le tour du sujet. «J’étais alors à la recherche d’un métier passion qui me permette de créer de la valeur.»

Sa première rencontre avec le fameux Ski-mojo se fait à la Foire internationale de Munich en 2010. «Je l’ai essayé, j’ai trouvé que c’était intéressant mais je n’avais pas compris l’intérêt.» Parce que pour Jean-Marc Glaude c’est un peu normal pour un skieur sportif d’avoir mal aux cuisses. C’est trois ans plus tard, lorsqu’il skie avec son ancien professeur d’EPS que celui-ci lui explique que s’il peut encore skier c’est grâce au Ski-mojo, sinon son arthrose du genou l’handicape trop.

«C’est à ce moment que j’ai voulu faire la promotion de ce produit qui permet à des amateurs de retourner sur les skis.» Il crée sa société Jak-Sports et tente l’aventure à La Clusaz pour avoir accès à une piste, pouvoir présenter le produit et que des skieurs puissent l’essayer. Après de multiples contre-temps il peut être présent sur le massif de Balme en février 2015. L’un de ses premiers acheteurs sera en fait un jeune de 22 ans, blessé au foot et souffrant d’une entorse du genou, il voulait quand même faire du ski. «Ceux qui l’essayent sont des gens âgés ou non, souffrant d’arthrose du genou mais aussi de problèmes neurologiques. A chaque fois la récompense est de voir leur sourire parce qu’ils n’ont plus mal et qu’ils peuvent continuer ou reprendre leur passion du ski. C’est là que le boulot devient génial.»

La saison dernière Jean-Marc Glaude a écoulé 160 unités, moins que ce qu’il espérait mais il en est persuadé : il n’est qu’au début de l’aventure. «L’important est que les gens soient ouverts, l’essayent et qu’ils se rendent compte du gain, c’est comme si les cuisses avaient 30 % de puissance en plus. Ce système repousse la fatigue ce qui peut éviter l’accident. C’est aussi un outil de plaisir.»

Si les ventes progressent, l’un des objectifs de l’ambassadeur cluse du Ski-mojo est de faire fabriquer sa production en France, alors qu’elle l’est actuellement en Angleterre. Le tout est aussi que la société créée «soit rentable et que je puisse en vivre».


Un inventeur anglais

C’est Owen Eastwood, ingénieur en métallurgie, qui est l’inventeur du Ski-mojo parce qu’à 50 ans il découvre le ski et trouve cela trop dur. Il cherche alors un système qui lui éviterait les douleurs aux jambes. Il fait construire un prototype, le fait essayer à des amis atteints d’arthrose aux genoux, qui l’adoptent. Son produit obtient le prix de l’innovation à la Foire internationale de Munich en 2008. A son décès, un ingénieur rachète le brevet et l’aventure de la commercialisation commence.

S’inscrire et l’essayer

Jean-Marc Glaude aura cet hiver une quinzaine de très bons skieurs dédiés à l’essai du Ski-mojo présents dans plusieurs stations de Haute-Savoie. L’essai comprend le montage et les réglages ainsi que les tests sur pistes la journée. Le Ski-mojo se présente avec un baudrier soutenant une armature articulée au genou et le tout fixé à la chaussure. L’articulation épouse le fémur-tibia et un ressort sert de muscle.

Il est en vente à 560 €, l’essai est gratuit mais Jean-Marc Glaude évalue son prix à 80 €. Pour que cette valeur ait un sens il souhaite que les testeurs fassent un geste pour les causes que défend le revendeur : faire un don à Glisse en Cœur ou à l’association AFLAR qui aident des malades atteints d’arthrose.

Renseignements auprès de Jean-Marc Glaude présent à La Clusaz : 06 20 26 96 63

Le site qui explique le fonctionnement et sur lequel il faut s’inscrire pour pouvoir le tester : www.ski-mojo.fr

 

Photo Ingrid Pollet

Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
+ ajouter un commentaire

optionel, pour être averti de la publication

 



Boutique
3.50 € Aravis
N°121
Avril/Mai 2017

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous