Sommaire du journal N°117 - Août/Septembre 2016

Chers lecteurs,

Dans l’affaire des bouquetins du Bargy, la raison a enfin prévalu. Il a fallu pour cela l’intervention du tribunal administratif, saisi par deux associations environnementales, qui a annulé, il y a quelques semaines, l’arrêté du préfet du 1er octobre 2013 «ordonnant l’abattage des bouquetins âgés de plus de cinq ans dans le massif du Bargy». Parallèlement la ministre de l’Environnement Ségolène Royal et le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll auxquels s’était jointe la secrétaire d’Etat à la biodiversité Barbara Pompili ont enjoint au préfet de préconiser la sélection avant l’abattage. Désormais les agents de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage anesthésient les animaux, un vétérinaire élimine les malades et vaccine les animaux sains qui sont relâchés dans la nature.

Une solution de bon sens qu’il aurait fallu choisir dès les premières apparitions de la brucellose...

 

Le transfert de la compétence «promotion du tourisme» aux intercommunalités, en vertu de la loi NOTRe, continue de faire des remous. Le président de l’ANETT, association nationale des élus de territoires touristiques, Marc Francina, député-maire d’Evian, accompagné de plusieurs maires dont André Périllat-Amédé, maire du Grand-Bornand, a rencontré au mois de juin le ministre de l’Aménagement du territoire, de la Ruralité et des Collectivités territoriales, Jean-Michel Baylet. Les élus ont rappelé les difficultés de mise en œuvre de la loi NOTRe en ce qui concerne le tourisme. Ils lui ont rappelé la promesse du Premier ministre, faite à Chamonix en septembre dernier, de reconnaître la possibilité pour les stations classées de tourisme, ou en cours de classement, de conserver un office de tourisme communal. Ils lui ont rappelé également l’engagement de la secrétaire d’Etat chargée du commerce et de l’artisanat, Martine Pinville, le 12 mai dernier, de modifier l’article de la loi NOTRe permettant le maintien d’offices de tourisme municipaux dans les stations classées concernées.

Il faudra bien entendu attendre une modification dans le cadre de la révision de la loi NOTRe annoncée par André Vallini, secrétaire d’Etat à la réforme territoriale, permettant de déroger, dans certains cas, au transfert obligatoire de la compétence tourisme aux EPCI (établissements publics de coopération intercommunale).

L’examen de la loi pourrait intervenir au premier trimestre 2017.

D’ici là, les élus restent mobilisés...

 

C’est un anniversaire que nous saluons : le festival Au Bonheur des mômes fête cette année, au Grand-Bornand, son 25e anniversaire. Une réussite exceptionnelle dont la renommée dépasse les frontières des Aravis. Cette année encore 

90 000 festivaliers, jeunes et moins jeunes, découvriront, du 21 au 26 août, 90 compagnies lors des quelque 450 représentations, sans compter les expos, les ateliers, les espaces de jeux, etc.

Claude Fouchier

Revue de web

Accédez aux autres sommaires
Année : Numéro :

Boutique
3.50 € Aravis
N°121
Avril/Mai 2017

Commander
18.15 € L'île d'Oléron vue d'en haut

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous