Saint-Jean-de-Sixt - N°140 - Juin/Juillet 2020

D. Lathuille : « Pour un développement raisonné et raisonnable »

Comme il l’a rappelé lors de son premier discours le 26 mai, Didier Lathuille, le maire nouvellement élu, c’est en avril 2019 qu’il avait pris son bâton de pèlerin pour constituer une liste pour ces élections. « Dès cet automne nous avons pu nous réunir. Cette liste est le reflet de la diversité de notre village. » L’édile a poursuivi en déclarant qu’il souhaitait, « un développement raisonné et raisonnable » pour Saint-Jean, tout en précisant : « Je veux être le maire de tous. »

Avant cela c’était au maire sortant, Pierre Recour, qu’il revenait de mener la passation de pouvoir. L’ancien élu a tenu à distribuer sa propre charte aux nouveaux conseillers accompagnée d’une situation de la commune. C’est ce qui lui a manqué en 2014 lorsqu’il a revêtu l’écharpe de maire : « Il n’y a pas eu de passation et nous avons alors découvert l’état de la commune. »

Pour le nouveau maire, les gros dossiers sont pour partie déjà engagés comme l’imposant réaménagement du centre du village ainsi que la nouveau centre de première intervention des sapeurs-pompiers. Reste une philosophie et des idées pour une vie sociale et économique d’un village qui se positionne désormais comme LA porte des Aravis et a une carte à jouer en ce sens.

 

JdP – Quelle est votre analyse des élections du 15 mars dernier ?

Didier Lathuille – Il a fallu s’adapter à la situation sanitaire et je comprends que de nombreuses personnes âgées ou ayant des problèmes de santé aient fait le choix de ne pas se déplacer. Pour ce qui est des résultats ça me paraît assez correct par rapport au nombre de personnes qui soutenaient notre liste. Nous avons obtenu 84 % des exprimés et il y a eu 16 % de nuls ou blancs. Je me doutais bien que tous les votants ne le feraient pas pour notre liste.

 

Nous venons de passez deux mois de confinement afin de protéger la population du Covid-19. Comment cette période s’est-elle passée dans la commune ?

Nous sommes partis du principe que c’était plus facile de mobiliser la nouvelle équipe. C’est donc les 15 nouveaux conseillers qui ont distribué dans toutes les boîtes aux lettres les masques offerts par la Région.

Ensuite, 200 masques en tissu ont été fabriqués par des habitants ; ceux-ci nous les donnerons à toutes les personnes de plus de 70 ans du village.

Nous avions également mis les informations essentielles dans tous les commerces ainsi que des copies d’attestation en accès libre à l’extérieur de la mairie. Nous avions aussi une cellule afin d’appeler les personnes âgées ou seules ou ayant des problèmes de santé, pour intervenir en cas de besoin.

Enfin nous avons travaillé sur le dossier épineux de la réouverture de l’école. Nous avons pu le faire avec deux classes et pour les enfants prioritaires, avec la cantine. Nos locaux ont permis de respecter les espaces et que les niveaux ne se croisent pas.

 

Pour ce mandat de six ans qui débute, quels sont les échéances des chantiers en cours ainsi que vos projets pour Saint-Jean ?

Nous avons d’abord l’étape de finition de notre salle communale dont j’espère qu’elle sera livrée au cours de l’été et opérationnelle dès cet automne 

Nous venons de débuter il y a un mois le Centre de première intervention des sapeurs-pompiers avec les travaux de terrassement. Il devrait être opérationnel pour cet hiver.

Et puis nous avons toujours nos travaux d’aménagement du centre du village avec la création de la place centrale et du parking couvert ; l’Espace Saint-Jean sera au cœur de la nouvelle place. Les travaux ont été ralentis durant la période de confinement, puis les entreprises ont repris progressivement avec les autorisations sanitaires. Il reste bien encore 18 mois de travaux pour la partie publique. Tout est lié avec la partie privée pour ce qui est des logements et commerces.

 

Est-ce le plus gros dossier du mandat ?

C’est énorme et ça va encore nous prendre beaucoup d’énergie et de réflexion.

Pour le reste et avec cette crise sanitaire, nous allons faire a minima pour les travaux de voirie pour cette année. C’est plus sage d’attendre 2021.

De plus, maintenant que la nouvelle équipe est constituée il est important que l’on ait une réflexion globale et que les nouveaux puissent s’intégrer et puissent avoir des initiatives. Il est important que de nouvelles idées émergent.

C’est maintenant que nous allons définir des priorités dans nos projets, que ce soit dans différents domaines et pas seulement la voirie.

 

La saison estivale va débuter, comment l’envisagez-vous ?

Pour le moment j’attends le discours du Premier ministre*. Ensuite, ce sera à l’office de tourisme de monter un programme d’animations qui soit adapté aux mesures sanitaires.

Pour ce qui est du marché du dimanche matin, nous n’avons pas encore pris de décision. J’aimerais qu’il continue sous sa forme à vocation touristique avec des animations, surtout qu’il y a une demande des commerçants. Comme il doit se tenir vers l’office de tourisme à cause des travaux du Centre, il faut étudier les possibilités de circulation en toute sécurité. Notre volonté est bien de le maintenir.

Quant aux activités, à Saint-Jean, nous mettons déjà en avant une montagne ouverte à tous. Nous restons une station familiale avec la possibilité de faire de petites randos et une découverte de la faune et de la flore. Nous devons mettre la montagne à la portée de tous. Je pense que l’on a oublié une certaine clientèle et que nous avons trop recherché une certaine classe d’âge et une classe sociale. Alors que la montagne ce n’est pas forcément très physique. 

De plus, Saint-Jean se doit de proposer un tourisme quatre saisons parce que nous avons des commerces ouverts toute l’année. Et nous pourrions nous adapter pour prolonger le marché par exemple et proposer des pots d’accueil encore plus régulièrement.

Entre le réchauffement climatique et la crise due au Covid-19 nous devons avoir une réflexion globale et la montagne doit se faire connaître. Alors que trop peu de gens connaissent la montagne l’été.

 

Pour les saisons hivernales, comment Saint-Jean peut s’adapter ?

L’hiver dernier nous n’avons pas eu de neige et de ce fait nous n’avons pas pu ouvrir du tout notre fil neige. Nous sommes à 1 000m et ce sera une grosse réflexion pour notre équipe.

Ce fil neige n’a pas seulement une vocation financière, c’est une animation pour le village et une possibilité pour les débutants de s’initier au ski. Il a aussi une vocation touristique pour inciter certaines personnes de venir à Saint-Jean.

C’est certain que nous devrons prendre une décision dans les deux ans à venir pour maintenir ou non ce fil neige. Tout en sachant qu’il ne faudrait pas trop vite baisser les bras parce qu’il ne faut pas beaucoup de neige pour faire tourner cette remontée. 

 

Vous n’envisagez pas de nouveaux investissements sur le Crêt ?

S’il y a de nouveaux aménagements sur ce site ce sera par l’intermédiaire du rachat du bâtiment des Elfes par le Syndicat intercommunal du massif des Aravis. Il faut vraiment qu’il y ait une réflexion avec les stations voisines. 

D’avoir ce syndicat c’est bien pour, ensemble, être complémentaires. D’avoir pu créer les navettes inter-stations, c’est vraiment bien.

 

Pour poursuivre sur l’intercommunalité, dans la révision partielle du SCoT, deux UTN concernent Saint-Jean, quelle est votre position ?

C’est très clair, je veux d’abord voir la position de mon équipe. Pour ce qui est de l’UTN du Crêt, cela ouvre des possibilités tant pour les habitants que pour les touristes avec la possibilité de construction d’un gymnase ou autre. Je suis, par contre, beaucoup plus réservé sur l’UTN de la liaison des domaines skiables par le Danay. Et surtout la partie tracée sur le territoire de Saint-Jean-de-Sixt et ce grand parking. Nous devrions garder la montagne du Danay pour autre chose que du tout ski.

 

*Le Premier ministre, Edouard Philippe, devait intervenir le 28 mai pour évoquer la deuxième phase du déconfinement. À cette date, il a été décidé la réouverture des bars et restaurants, de la fin de la limite des 100 km pour se déplacer, etc.


Quatre maires-adjoints

Le 26 mai, ont été élus maires-adjoints, avec 13 voix pour et deux bulletins nuls : Claudine Morand Goy, première adjointe, travaux, voirie, réseaux ; Jean-Paul Barnier, deuxième adjoint à l’urbanisme ; Yvette Favre-Lorraine, troisième adjointe à la vie locale et au tourisme ; André Favre-Lorraine, quatrième adjoint aux bâtiments. Maire : Didier Lathuille.


Rappel des résultats

Sur 1 054 inscrits il y a eu 404 votants (38,33%) et 341 exprimés (32,35%) ; l’abstention s’est élevée à 61,67 %, elle était de 26,32 % en 2014 où il y avait deux listes présentes. Il y a eu 3,47 % de votes blancs et 12,13 % de votes nuls.

Une seule liste le 15 mars dernier, celle menée par Didier Lathuille, Saint-Jean 2020 hier-aujourd’hui-demain, obtient les 15 sièges à pourvoir.

Elus : Didier Lathuille, Claudine Morand Goy, Jean-Paul Barnier, Yvette Favre-Lorraine, Dominique Masson, Corinne Besche, André Favre-Lorraine, Danièle Carteron, Jean-Luc Vindret, Béatrice Collomb-Clerc, joanny Rochet, Cécile Bastard-Rosset, Christophe Blanchet-Nicoud, Carole Clement, Olivier Durez.

Didier Lathuille et Claudine Morand Goy siégeront à la Communauté de communes des vallées de Thônes.

 

Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
+ ajouter un commentaire

optionnel, pour être averti de la publication

 
 


Courrier des lecteurs
Faisant suite à l’ouverture de l’enquête publique concernant la révision partielle du schéma de cohérence territoriale (SCoT) sous l’égide de la Communauté de communes des vallées de Thônes, qui s’est déroulée du 7 décembre au 8 janvier, nous avons reçu un courrier de Madame Catherine Garrigue de Jouars-Pontchartrain (78) et résidente au Grand-Bornand. Il s’agit d’une lettre envoyée à la ministre de la Transition écologique, Elisabeth Borne.

Boutique
7.90 € L'île d'Aix vue d'en haut

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous