Sommaire du journal N°90 - Février/Mars 2012

 

Chers lecteurs,

Il y a de la polémique dans l’air à propos de la prise en compte ou non des fameuses zones «jaunes» dans les plans de prospection des risques d’avalanche. Il s’agit des zones d’aléa maximum c‘est-à-dire des avalanches centennales ou pluri-centennales. Il n’est pas question d’interdire les constructions dans ces zones mais celles-ci doivent être évacuées par les habitants en cas de risque d’avalanche. Une association, l’Association pour l‘information sur les risques d’avalanches urbaines et leur prévention milite en ce sens. Au grand dam du maire de La Clusaz, André Vittoz, qui lui décline toute légitimité et lui «récuse le droit de venir commander chez nous». Il a toutefois été rassuré par les documents présentés par les services de la préfecture pour La Clusaz : «Les couloirs d’avalanche y sont mais ce ne sont que des préconisations et non des obligations.» Le maire du Grand-Bornand, Philippe Angelloz-Nicoud est, lui aussi, réservé. «C’est au préfet, dit-il, de décider d’intégrer ces fameuses zones. Nous verrons alors s’il y a des incidences pour élaborer notre prochain document d’urbanisme.»

Il est certain que la prise en compte ou non de ces zones jaunes diminuera notablement la valeur des terrains éventuellement constructibles. 

Claude Fouchier

Dernière minute

Aravis

Haute-Savoie

La Clusaz

Le Grand-Bornand

Manigod

Saint-Jean-de-Sixt

Livres

Petites annonces

Accédez aux autres sommaires
Année : Numéro :


Courrier des lecteurs
Faisant suite à l’ouverture de l’enquête publique concernant la révision partielle du schéma de cohérence territoriale (SCoT) sous l’égide de la Communauté de communes des vallées de Thônes, qui s’est déroulée du 7 décembre au 8 janvier, nous avons reçu un courrier de Madame Catherine Garrigue de Jouars-Pontchartrain (78) et résidente au Grand-Bornand. Il s’agit d’une lettre envoyée à la ministre de la Transition écologique, Elisabeth Borne.

Boutique

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous